bayle pensées diverses sur la comète et croyance

« Il [le philosophe] ne doit point faire dépendre de ce que penseront les autres hommes ce qu’il doit juger des choses. Il doit examiner profondément les objets. » – Bayle

Bayle est un philosophe français du 17ème siècle. Il écrit Pensées diverses sur la comète à l’occasion du passage de la grande comète de 1680. Dans cet ouvrage il développe une critique de la superstition et de la tradition, – plus généralement de la croyance.

Bayle – Que retenir des pensées sur la comète ?

bayle pensées sur la comète et croyance

« La grâce divine n’a guère d’effet sur l’intelligence de ceux qu’elle touche. »

Pour Bayle, l’idée que les comètes aient un quelconque effet sur les évènements suivant leur passage est fortement improbable. Quand bien même on puisse observer dans l’histoire que l’apparition des comètes était suivie de quelques malheurs que ce soit, cela ne suffit pas à prouver qu’elles en soient la cause ou le présage. Il y a là corrélation mais pas causalité.

Selon Bayle, le caractère ancien ou universel d’une opinion n’est pas un critère de vérité. Par exemple : Beaucoup de fins du monde ont été annoncées et pourtant aucune d’entre elles ne se sont réalisées. Tels que la fin du monde annoncé pour 167 avant jésus christ, celle de 1975 annoncé par les témoins de Jéhovah, ou encore celle de la fin d’un cycle annoncé par les Mayas pour 2012.

« […] tout ce qu’on peut prouver par l’expérience se réduit à ceci : c’est que toutes les fois qu’il a paru des comètes, on a vu arriver de grands malheurs dans le monde ; ce qui est si éloigné de prouver que les comètes ont été la cause de ces malheurs qu’on prouverait tout aussitôt que la sortie d’un homme hors de sa maison est la cause de pourquoi tant de gens sont passé dans la rue toute la journée. »

D’après Bayle, il est absolument pitoyable de penser qu’une chose est l’effet d’une autre juste du fait qu’elles se suivent. C’est la tromperie de la corrélation, qui n’est en aucun cas une causalité. De plus, il est observable par l’expérience qu’il n’y a ni plus ni moins de malheurs lors de l’apparition des comètes que lors de tout autre temps. L’expérience nous prouve qu’il n’y a pas de liaisons nécessaires entre les malheurs et les comètes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Qu'est-ce qu'avoir du tact ?

Pour finir, j’aimerai vous faire admirer l’incroyable clairvoyance de Bayle dès le 17ème siècle, bien que sa philosophie soit encore très assujettie en la croyance divine :

« J’en conclus que ce sont des corps aussi anciens que le monde [les comètes], qui, par les lois des mouvements selon lesquels Dieu gouverne la vaste machine de l’univers, sont déterminés à passer de temps en temps sous la portée de notre vue, et à nous renvoyer la lumière du soleil tellement modifiée que nous apercevons une longue trainée de rayons ou derrière leur tête : sur quoi l’on peut consulter les messieurs de l’Académie royale des Sciences. […] leur passage dans ce monde n’est d’aucune conséquence ni en bien ni en mal, non plus que le voyage d’un Indien en Europe. »

PS : Les textes ont été légèrement modifiés pour en rendre plus facile la lecture.

Si vous souhaitez acquérir le livre de Bayle afin de vous faire votre propre avis : cliquez ici !

Dites-moi en commentaire si vous avez aimé cet article et n’hésitez pas à le partager !

Pour me soutenir via Tipeee cliquez ici 

Pour des cours ou des consultations philosophiques cliquez ici

Si vous souhaitez acheter mon livre : Combattre la fausseté dans les discours, cliquez ici. Il ne coute que 0.94 cents ! J’ai eu à cœur de le mettre le moins cher possible afin qu’il profite à tous. 

Si vous souhaitez me contacter ou vous abonner à ma newsletter c’est ici :

Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir via notre tipeee : https://fr.tipeee.com/le-chalon-philo/ et en partageant nos articles !