J’ai le plaisir de vous présenter la première partie de ma fiction sur la mort de Zarathoustra, la 5 ème partie cachée d’Ainsi Parlait Zarathoustra ! Je vous invite donc à un petit périple sans grande prétention, dans l’ultime chapitre non écrit de la vie du prophète de Nietzsche. Vous trouverez en bas de l’article des versions audio et vidéo !

Introduction à la mort de Zarathoustra

1.

Ainsi parla Zarathoustra : Me voici dans l’ombre des montagnes où le vent murmure des énigmes anciennes et où les étoiles nouvelles scintillent. À ce stade de ma vie, mes pas ont arpenté les chemins de la pensée et de la solitude, et je me tiens au seuil du plus inconnu de l’inconnu, le cœur chargé d’un fardeau profond, – suis-je redevenu un chameau ? Où l’ai-je toujours été ? Les voix des hommes se sont mêlées à la mienne, échos de rires et de pleurs, mais la mienne résonne encore, portant le poids de mes mots et de mes rêves, peut-être suis-je un lion qui s’est fait chameau ?

Telle une comète solitaire, je me suis élevé vers les sommets des sommets, cherchant à éveiller les âmes endormies à la grandeur qui réside en elles. Mes paroles ont retenti comme des tonnerres au-dessus des vallées, secouant les fondations des croyances établies depuis des siècles. Mais peut-être me suis-je trompé, était-ce bien les sommets des sommets, ou de simples monticules ? Y avait-il encore une route après celle-ci pour moi ? Pour les autres il y en a une, je le sais avec certitude, mais pour moi ?

Au cœur de cette tempête de pensées et de paroles, je me tiens face à une obscurité nouvelle. L’éclipse de l’âme, un doute qui perce les cieux étoilés de mes convictions, m’envahit telle une brume, à la fois épaisse et insaisissable. Où est la terre que je pouvais toucher de mes mains ? Je ne trouve plus le sol ! Ai-je été le prophète d’une nouvelle aurore ou simplement l’écho d’un vide infini ? Dans ma quête incessante du sens de la terre, ai-je tracé un chemin lumineux ou bien me suis-je égaré dans les méandres de l’illusion ? Je suis pourtant explosion créatrice, – non ? Entendez le bruit de mes détonations !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Bellamy - Exercice de réflexions suite à son passage sur "Un monde de ruptures"

Les montagnes, mes fidèles compagnes de réflexion, gardent le silence en réponse à mes interrogations. Habituellement, elles me sifflaient des vérités terriblement belles, – Et les étoiles, témoins silencieux de mes méditations les plus profondes, scintillent comme des énigmes insaisissables. Le crépuscule enveloppe mon être dans une toile sombre. Je ne suis pourtant pas une idole. Je veux avoir le cœur net de m’être aventuré assez loin, – ainsi, il est temps pour moi, Zarathoustra, de confronter mon propre doute avec la plus grande profondeur possible, j’ai besoin de savoir si mon enseignement était un miroir de ma vérité ou un épais voile devant elle.

Mes pas m’ont porté loin, très loin, – mais le chemin n’est pas encore terminé. Je suis mon propre guide à travers ces ténèbres, et je veux découvrir ce que l’aube de demain pourrait encore me révéler.

2.

Dans les échos du passé, les paroles résonnent encore. Mon voyage, mes rencontres avec des âmes affamées de vérité, et mes déclarations audacieuses ont pavé le chemin jusqu’à ce point de convergence. Il est temps de me tourner vers les tréfonds de ma mémoire et de voir les traces que j’ai laissées derrière moi.

J’ai pointé du doigt la figure du Dernier Homme qui est apparu, symbole de la médiocrité et de la complaisance qui menacent d’étouffer l’élan de l’âme humaine, – mais ils n’ont regardé que le bout de mon doigt. J’ai proclamé la mort de Dieu, annonçant que l’homme doit maintenant être son propre créateur, mais ils ont cligné des yeux.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Quand les fantasmes donnent du sens

J’ai parlé de la volonté de puissance, cette force vitale qui pulse à travers les veines du monde. J’ai appelé l’homme à embrasser cette force en lui, à transcender les limites imposées par la morale et à s’élever vers le surhumain. J’ai peint un tableau de l’Übermensch, celui qui danse au bord des abîmes, créant sa propre éthique par-delà le bien et le mal. Bien qu’on lui accorde encore volontiers des cornes, – il n’a ni ceci, ni auréole, ni ailes, ni rien de supraterrestre, non, – mon Übermensch a des mains, et quelles mains ! On les voit abimés par le temps et la terre, – ce sont des mains de sculpteur, dont les doigts sont des sentiers, – dont les cicatrices racontent les histoires et les chemins parcourus, dans l’ombre et sous le soleil. On les voit avec les ongles noirs d’une profondeur insaisissable, et gravant pourtant le souvenir des voies audacieuses qu’ils ont tracés dans la matière du monde ! Ah ! Quelles mains mon Übermensch ! Tout le monde y voit l’horreur et l’insoutenabilité de la vie ; j’y vois une œuvre d’art, une longue poésie…que dis-je, une symphonie ! Touchez-les donc ! N’ayez peur ! Par leur simple contact, vous comprendrez la beauté de l’âme humaine, la douceur de l’existence. Mes paroles ont résonné avec le concept d’amor fati, l’amour du destin, encourageant l’homme à embrasser chaque moment de sa vie avec une acceptation inconditionnelle. J’ai contemplé l’éternel retour, cette idée que tout ce qui arrive, et est arrivé, reviendra éternellement, – et j’ai plongé dans les profondeurs de la temporalité pour en saisir la roue.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Défi [plus que] réussi : ce que j'en retiens et projets à venir !

L’ombre de la mort se profile et l’éclipse s’approfondit, il est temps de réfléchir à la signification ultime de mes idées. Ma table de valeurs a-t-elle été creuse ou éclairs de vérité ? Et que dire de mon voyage ? Dans l’obscurité de mon introspection, mon ultime don pour l’humanité, peut-être trouverais-je la lumière qui me guidera vers la dernière danse. Dernière danse ? – oui, mais dans un éternel retour !

Fin de la partie 1

Si vous voulez lire les articles que j’ai réalisé pour d’autres plateformes cliquez ici et allez tout en bas de la page.

Vous souhaitez avoir avec moi : des cours ou des consultations philosophiques cliquez ici

Pour me soutenir via Patreon cliquez ici vous aurez du contenu EXCLUSIF, notamment certains de mes ouvrages gratuitement en version Ebook !

Pour me soutenir via Tipeee cliquez ici 

Si vous souhaitez acheter mon petit guide de rhétorique : Combattre la fausseté dans les discours, cliquez ici. J’ai eu à cœur de le mettre le moins cher possible afin qu’il profite à tous. Vous pouvez aussi l’obtenir au format papier en cliquant ici !

Certains liens sont des liens affiliés, ça ne vous coûte rien de passer par-là et ça m’apporte du soutien !

Et si vous souhaitez me contacter c’est ici :

    PlayPlay
    Si vous appréciez mon travail, vous pouvez me soutenir via Patreon : https://www.patreon.com/Lechalonphilo et en partageant nos articles !